5 Leçons de mes Etudiants Designers


Les étudiants en Design d’Interaction de la promo Strate 2015 avec leur professeurBenoit Drouillat.

Enseigner a toujours été un rêve, que le Mastère Innovation & Design de Strate m’a permis d’accomplir pendant un semestre en tant qu’assistant pédagogique auprès des étudiants de 4è année spécialisés dans le Design d’Interaction.

Si cette expérience a été un véritable épanouissement personnel, elle m’a également permis de confronter ma vision idéalisée de l’enseignement aux us et coutumes en vigueur chez la nouvelle génération d’étudiants.

Et même si eux et moi n’avons que sept années d’écart, je peux vous assurer qu’elles ne sont pas sans conséquences ! Retour sur cinq apprentissages clefs que je retiens de cette aventure.

1. Vos étudiants n’adopteront pas vos outils.
Vous qui lisez ces lignes, si vous désirez mettre à disposition de vos étudiants des ressources pédagogiques en ligne, suspendez immédiatement votre geste.

A moins que ce ne soit pour consulter les horaires du cours ou bien pour livrer les rendus sur la plateforme imposée, vos étudiants n’aiment pas votre site. Ils n’ont rien contre, notez bien, c’est juste qu’ils ont déjà leurs propres outils.

Quand j’ai connu les prémices de la numérisation de l’enseignement, on avait des « webmails écoles » abjects et des plateformes propriétaires moches sur lesquelles on échangeait nos fichiers. Les étudiants d’aujourd’hui ont Gmail, Pinterest, Twitter, Instagram, Snapchat… et surtout Facebook !

Point de distinguo public/privé, point de rupture loisirs/métiers : l’étudiant designer a ses potes, ses comparses, ses profs, et même son directeur d’école sur le réseau Zuckerberg. Une question sur le prochain cours ? Un post ! Une remarque sur la dernière leçon ? Un commentaire ! Un workshop client ? Un groupe !

On peut se plaindre du choix de l’outil, ou bien on peut se dire qu’ils sont finalement beaucoup plus collaboratifs que jadis, et que ça annonce de bonnes pratiques professionnelles.

Plutôt que d’essayer d’imposer vos habitudes, allez chercher vos étudiants là où ils se trouvent, et rejoignez leurs discussions pour communiquer sur vos cours. Ils n’attendent que vous !

2. Vos étudiants n’adopteront pas votre rythme.
Un designer bosse en mode projet. Et dans les manuels, la clef du projet c’est de boucler le cadrage rapidement pour passer en production, apprendre par l’usage et itérer. Dommage que ça reste de la théorie.

L’étudiant designer n’aime pas rentrer en production. Parce que ça le force à faire des choix définitifs et à s’engager dans une direction. En grand créatif, ce qu’aime l’étudiant c’est travailler les possibles, imaginer, réinventer, explorer. Sa dernière idée est toujours susceptible d’être éclipsée à tout moment par une nouvelle, ce qui peut être un poil stressant pour l’intermédiaire qui pilote le projet avec l’entreprise partenaire.

Fidèles à la Loi de Parkinson, vos étudiants attendront la dernière minute pour livrer, finiront juste à temps et vous éblouiront par leur investissement hors norme, leur alimentation à base de chips et leur résistance au sommeil.

Pour les empêcher de faire un burn out, pensez à inflexiblement exiger d’eux des livrables intermédiaires réguliers, et à les guider dans leur réflexion pour les faire passer de phase en phase.

3. Vos étudiants n’ont que faire de votre savoir.
Ou plutôt : ce n’est pas ce qui les intéresse le plus dans ce que vous avez à leur offrir.

La méthodologie et les outils design, vos étudiants connaissent : ça fait quatre ans qu’ils en font tous les jours. Et quand ils ne connaissent pas, ils se tournent vers Internet pour consulter sans peine documentation spécialisée, vidéos et tutoriels. Votre valeur ajoutée n’est pas là.

La richesse à mettre au service de vos étudiant, c’est votre regard sur leurs problématiques, la mise en perspective de leurs propositions avec votre propre expérience professionnelle : comprendre leur vision du projet, orienter leur démarche de réflexion, leur suggérer des ressources hors de leur cœur d’apprentissage…

Mais plus que tout, c’est être disponible pour eux. Ecouter leurs problèmes, identifier avec eux les points de difficulté, leur suggérer des points d’amélioration dans la manière dont ils articulent leurs connaissances.

Plutôt que de chercher à guider leur pensée, apprenez-leur à le faire. Rendez les conscients de ces forces et ces talents que la plupart d’entre eux exploitent intuitivement.

Ce que l’enseignement de vos étudiants leur apportera de facto est un savoir-faire, à vous de les initier au développement de leur savoir-être.

4. Vos étudiants vous motiveront.
Demandeurs, investis, bosseurs, vos étudiants se donneront à fond sur leur projet. La plupart sont là par passion et ne comptent pas leurs heures. Parce qu’ils font ce qu’ils aiment, parce qu’appliquer une démarche design à une situation réelle les galvanise, les ressource.

Et je crois que si vous aimez réellement enseigner, accompagner, transmettre, vous ne saurez rester insensible à cet investissement. Et vous rivaliserez d’efforts afin de faciliter leurs démarches et de faire croître leur potentiel, encore plus que vous ne le faites pour vous même.

La confiance en soi que l’on peut faire naître chez autrui, ou bien la contribution aux réalisations des autres sont des formes de gratifications très différentes de celles que l’on éprouve en travaillant sur ses propres projets. Et elles sont une récompense tout aussi motivante.

5. Vos étudiants vous apprendront beaucoup.
Sur vous même d’abord. Ils vous pousseront dans vos retranchements, vous feront vous poser des questions sur la clarté de vos explications, la meilleure façon de capter leur intérêt, les moyens de leur être vraiment utile… et plus que tout, ils vous feront particulièrement réfléchir sur l’étendue de votre propre ignorance.

Si la naïveté de certaines de leurs questions pourra vous faire sourire, n’oubliez pas qu’elle n’est que le reflet de la fraîcheur de leur regard, et que leur inexpérience leur permettra d’oser innover et défier les conventions en vigueur, parfois bien plus que certains professionnels blasés et aguerris.

Et surtout, vos étudiants vous apprendront beaucoup sur le monde qui vient. Sans même le savoir, ils auront un vrai temps d’avance sur vous, sur les usages, sur les tendances de demain.

Leur habitude du numérique les fera considérer comme normales des fonctionnalités encore ignorées par certains concepteurs. Et leur réelle passion pour leurs domaines d’études vous transportera dans des champs de connaissances dont vous ne soupçonniez même pas l’existence.

Et vous ? Avez-vous déjà eu l’occasion d’enseigner ? Comment avez-vous vécu cette expérience ? Racontez-nous dans les commentaires !

Je voudrais profiter de ce billet pour remercier très chaleureusement chacune et chacun des étudiants de la promo Design d’Interaction 2015 de Strate pour leur motivation sans faille, pour la richesse de nos échanges, et pour m’avoir tant appris ce dernier semestre. A très bientôt dans le monde professionnel.

Découvrez mes autres articles :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey You There !

Do you appreciate this post? Don't hesitate to share it with your friends!